← Retour

Adios Nilda, le dernier voyage du poète saltimbanque

Le 14 juil. 2019 par Claire.

Ce 19 mai 2019, Le chanteur Nilda Fernandez nous a quitté pour "Des terres bien plus douces", comme il se plaisait à le chanter dans "Viendras-tu avec Moi ?"

"Quand les ombres seront sombres, quand je quitterai ce bal
Comme une fumée qui monte, viendras-tu avec moi?
Quand le froid prendra la place de la chaleur de ton corps
Quand mon sang se fera glace, viendras-tu avec moi?
Quand se tariront mes sources, quand s'écouleront mes eaux
Vers des terres bien plus douces, viendras-tu avec moi?"

Déjà alors se profilaient les dominantes Neptune-Pluton et Vénus-Saturne de ce chanteur inspiré à la voix d'ange.

Screenshot 2019-09-02 at 15.48.20

  • Au MC, maître de l'Ascendant et de Mercure, Pluton mène la danse : la peur, l'angoisse et la mort imprègnent souvent ses chansons résolument mélancoliques.

"La peur fondamentale est celle de mourir, une fois qu’elle est apprivoisée, les autres sont secondaires." affirmait-il.

En effet, contrairement à ce qui filtre de son personnage, charme discret, douceur, fragilité (Lune à l'Ascendant), cette peur s'exorcise dans les mots et se sublime : "Ne me fais pas mal. Ne m'ampute pas"... "On t'a appris à te taire, Alors tu hurles comme un chien"... sont autant de phrases dans lesquelles cette essence plutonienne se ressent.

  • Neptune, dans sa maison en XII, conjoint au Soleil, inonde ses mélodies de toutes ses facettes : eau, évasion, voyage, dédoublement, prémonition...

L'EAU (Lune à l'ascendant, Neptune en XII) est déjà présente en tant qu'élément dans ses titres : L'invitation à Venise, Croisière sur le Nil, plages d'Atlantique...

Et dans le texte :
"Quand se tariront mes sources, quand s'écouleront mes eaux"
"Faut que j't'invite à Venise avant que l'eau l'ait noyée"

LES VOYAGES (Lune en Sagittaire, maître de IX en I et Pluton, maître d'AS en IX), autre composante Neptunienne, sont devenus une signature.

Mexico, Miami, Bogota, Santiago, Buenos-Aires, Tel-Aviv, Venise, New-York, La Havane, le Québec… sont autant de balises qui jalonnent les "1001 vies" de Nilda Fernandez (titre de son autobiographie). De la roulotte, à l'hôtel de luxe, en passant par la base secrète sous-marine russe, rien n'arrête ce nomade inclassable qui ne connaît pas les frontières.

La migration commence à 6 ans, lors de l'exil de ses parents fuyant l'Espagne franquiste (Uranus venant de la IX transite Pluton maître d'Ascendant). Dès lors, les chansons s'enchaînent dans toutes les langues, même inventées (Sinfanaï Retu)...

Neptune, maitre de IV en XII traduit bien cet exil qui fut un traumatisme familial et la Lune Noire en IV en rajoute sur cette problématique. Les racines sont coupées et le voyageur ne posera plus jamais ses valises bien longtemps.

LE DEDOUBLEMENT : conjonction du Soleil avec Mercure et Neptune

Enfin, Neptune permet à cet individualiste (8 planètes à l'est, nombreuses conjonctions) d'opérer un réel dédoublement de personnalité. Entre deux lieux, deux langues, un tantinet androgyne, le chanteur commence par changer de prénom. Son prénom Masculin (Daniel) devient féminin en s'inversant (Nilda) et ce choix devient une "Schizophrénie salvatrice "(issu de son autobiographie) :

"Depuis que Daniel écrit les chansons et que Nilda interprète, je me sens mieux. Tout comme mes deux langues, mes deux pays, mes deux maisons, l’un et l’autre me sont indispensables »

Certains titres sont suffisamment explicites :
"Donne-moi de mes nouvelles"
"Mon Je est un autre"
"Entre Lyon et Barcelone"

  • Saturne entre la Lune et Vénus en maison I est symptomatique d'un autre thème récurrent qui s'exprime au cours de ses chansons et confronte cet être tendre et affectif au fait qu'amour rime rarement avec toujours. La peur de l'abandon ne le quitte pas :

"Rendez-vous manqués"
"Dans la maison vide"
"Ultime rêve de l'amour"...
"Je m'en vais, je renonce, Avant les plaintes, Avant tous les mensonges... (Mon amour)

A noter, que ce médiumnique chanteur qui, selon ses dires, ne s'intéressait pas à l'Astrologie (rencontre personnelle) a tout de même décrit la danseuse de sa chanson La Gitana ainsi : "C'est une Gitana nocturne, Moitié Vénus et moitié Saturne"... si ce n'est pas un karma !

  • Enfin, la conjonction Soleil-Mars-Neptune en XII nous parle de la relation, trop lointaine à son gré, de son père sculpteur qui passait 10 heures par jour dans son atelier, parfois en colère contre ses œuvres insuffisamment rétribuées.

C'est justement cette même conjonction Soleil-Mars qui est réactivée ce 29 mai 2019 par l'opposition d'Uranus et qui aura raison de ce cœur fragile. Nilda meurt d'une insuffisance cardiaque, lui qui chantait dans Marie-Madeleine :

"Arrachez-moi ce cœur qui bat si fort dans ma poitrine Je m'en porterai bien mieux."



Article publié pour la FDAF.